Centre Culturel de Taïwan à Paris

Le Centre culturel de Taïwan en France, établi par le Ministère de la Culture auprès du Bureau de Représentation de Taïpei en France, est le premier organisme culturel taïwanais créé en Europe. Situé au cœur de Paris, dans le quartier culturellement très riche de Saint Germain des Prés, à deux pas du musée d’Orsay, il a pour vocation de promouvoir, sur la base des valeurs universelles qui s’expriment à travers la culture et les arts taïwanais, des programmes d’échanges et de coopération artistique et culturelle entre Taïwan et la France, ainsi qu’avec les autres pays européens. Cette action en direction des artistes et professionnels de la culture et des arts, mais aussi du grand public, vise d’une part à donner plus de visibilité à la culture taïwanaise, mais aussi à favoriser le développement de l’économie culturelle, entre autres par le biais des nouveaux médias et de l’Internet.
Pour faire connaître en Europe la diversité et la richesse de la culture taïwanaise, favoriser le dialogue interculturel et la compréhension mutuelle et créer un cadre propice aux relations internationales et culturelles, le Centre culturel de Taïwan s’efforce de promouvoir les échanges dans les domaines des arts de la scène, des arts visuels, de la littérature, de l’édition, du cinéma, de la musique et de la création artistique en général. C’est le sens des coopérations que le Centre entretient depuis de nombreuses années avec musées, théâtres, festivals, maisons d’édition, en France et dans le reste de l’Europe.

Un des axes principaux de l’action du Centre culturel est la promotion de la littérature et de la BD taïwanaises. À cette fin, le Centre organise des conférences-débats au cours desquelles des auteurs taïwanais viennent présenter leurs œuvres au public européen. Parallèlement, par des accords avec des éditeurs, il favorise la traduction et la publication des œuvres concernées.

La promotion de la création artistique taïwanaise dans le domaine des nouveaux médias (vidéos, clips, images de synthèse, etc.), tout comme celle du cinéma taïwanais, constitue un autre axe majeur de l’action du Centre culturel de Taïwan.

Des séjours en résidence en France sont par ailleurs proposés à de jeunes artistes taïwanais talentueux – bédéistes, vidéastes, danseurs, plasticiens, etc. – afin qu’ils puissent échanger leur expérience avec leurs homologues occidentaux et élargir ainsi leur propre horizon créatif.

Dans le domaine des arts visuels comme dans celui des arts de la scène – théâtre, danse et musique –, le Centre organise, notamment en France, aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse, toujours en étroite collaboration avec de grandes institutions culturelles – musées, théâtres et festivals –, des expositions thématiques et des tournées de représentation.

Les actions du Centre culturel énumérées ci-dessus poursuivent une double finalité. Il s’agit, d’une part, d’enrichir la création artistique taïwanaise en lui permettant d’échanger et collaborer avec des artistes occidentaux ; d’autre part, d’accroître la visibilité de la créativité taïwanaise sur la scène internationale en resserrant les liens avec le monde occidental de la culture et des arts, et en touchant le plus vaste public possible.
Le Centre culturel de Taïwan en France a été créé en janvier 1994, d’abord sous le nom de « Centre culturel et d’information Taïpei-Paris ». Quoique établi quatre ans après le Centre culturel du Rockefeller Center à New York, il n’en est pas moins la plus importante antenne culturelle créée à l’étranger par le Conseil national des Affaires culturelles, ancêtre de l’actuel Ministère de la Culture. Il dispose, au sein du Bureau de Représentation de Taïpei en France, de plusieurs bureaux, d’un espace d’accueil et d’un auditorium.

En 2002, le Centre culturel a rejoint le « Forum des instituts culturels étrangers à Paris » (FICEP), dès la création de celui-ci, et, à des fins d’harmonisation, il a tout d’abord changé son nom pour celui de « Centre culturel de Taïwan à Paris », avant de prendre, en 2012, son nom actuel, celui de « Centre culturel de Taïwan du Bureau de Représentation de Taipei en France ». À partir de 2005, il est devenu, avec des compétences élargies, le centre des échanges culturels internationaux de Taïwan dans l’Union européenne.

En 2012, la réorganisation du Yuan exécutif s’est traduite pour le Conseil national des Affaires culturelles par la prise en charge des compétences précédemment dévolues au Bureau gouvernemental de l’Information ainsi qu’à la Commission pour la Recherche, le Développement et l’Évaluation du Ministère de l’Éducation et du Yuan exécutif. C’est sur la base de ces compétences étendues qu’a été créé, le 20 mai 2012, le Ministère de la Culture. Ont alors été établis en Europe de nouveaux bureaux de liaison, à Londres, à Berlin et en Espagne. Le Centre culturel de Taïwan en France est désormais compétent non seulement pour la France, mais aussi pour les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la Suisse.
LIEN Li-Li (depuis octobre 2016)
Titulaire d’un doctorat de muséologie de l’Université de Bourgogne, Madame Lian a acquis une riche expérience dans les domaines de l’enseignement et de l’organisation d’expositions internationales. Elle a occupé successivement, à l’Université Ursuline Wenzao des langues les fonctions de professeur associé et de directrice du Département des arts de la communication, puis de directrice de l’Institut d’études supérieures des industries des arts créatifs. Elle est l’auteur d’un ouvrage en chinois intitulé L’ère des grands musées. Depuis qu’elle a pris la direction du Centre culturel, elle s’implique activement dans la multiplication et l’intensification d’échanges et de projets de coopération entre Taïwan et les milieux professionnels de la culture, de France ainsi que du reste de l’Europe, avec l’ambition de renforcer la visibilité de la culture et des arts taïwanais sur la scène européenne, d’en augmenter la valeur ajoutée économique, mais aussi d’ouvrir la création taïwanaise aux grands courants culturels et artistiques contemporains.

TSAI Hsiao-Ying (de février 2013 à september 2016)
Titulaire d’un doctorat de sociologie de l’Université Paris VIII, Madame Tsai a, durant de nombreuses années, été journaliste en poste à Paris, chargée de couvrir l’actualité politique, économique, sociale, artistique et culturelle, en France et dans les autres pays européens. Au-delà de l’approfondissement du travail d’échanges culturels et de coopération avec des institutions françaises et européennes, elle s’est efforcée de mettre en œuvre les compétences nouvelles du Ministère de la culture par la promotion internationale de la diversité et de la créativité culturelles taïwanaises dans les domaines du cinéma, de la littérature et de l’édition, du design, de la musique populaire et de l’art numérique.

CHEN Chih-Cheng (de janvier 2008 à décembre 2013)
Titulaire d’un doctorat d’esthétique, art scientifique et théorie de la création artistique de l’Université Paris VIII, Monsieur Chen a enseigné à l’Université Paris VIII ainsi qu’à l’Université nationale des arts de Taïwan. Durant son mandat à la tête du Centre culturel, il s’est appliqué à promouvoir les arts et la littérature taïwanais partout en Europe, réunissant ainsi les conditions favorables à la création ultérieure de centres culturels et de bureaux de liaison.

LIU Li (d’août 2006 à décembre 2007)
Titulaire d’un doctorat de l’Université Paris VII, Madame Liu a été professeur au Département de français de l’Université Tamkang. Fine connaisseuse de la culture française et particulièrement de son théâtre, elle a su, durant son mandat, non seulement renforcer les liens culturels entre Taïwan et la France, mais aussi être à l’origine de la participation chaque année d’ensembles taïwanais d’arts vivants au Festival Off d’Avignon.

TSENG Shai-Shu (de juin 2005 à juillet 2006)
Titulaire d’un doctorat d’histoire de l’art de l’Université de Munich, Madame Tseng a été professeur au Département des beaux-arts de l’Université nationale normale de Taïwan. Sous sa direction, le Centre culturel a considérablement étendu son rayon d’action, particulièrement en direction de l’Europe centrale.

LIAO Ren-Yi (d’avril 2002 à juillet 2004)
Titulaire d’un doctorat d’esthétique de l’Université Paris X, Monsieur Liao a été journaliste. À la direction du Centre culturel, il s’est employé avec détermination, à poursuivre dans la voie tracée par son prédécesseur et à renforcer l’action et la notoriété du Centre culturel, notamment en faisant de Taïwan l’un des tout premiers participants officiels de la « Semaine des cultures étrangères » du FICEP.

WANG Hsiu-Hui (de janvier 2001 à décembre 2001)
Épouse de l’ambassadeur français Jean-Paul Réau, Madame Wang a pu avec succès, grâce à sa connaissance de la diplomatie, ouvrir de nouvelles perspectives à l’action culturelle de Taïwan en France.

Maria CHIU Da-Huan (d’avril 1996 à décembre 2000)
Titulaire d’un doctorat de linguistique de l’Université Paris III, Madame Chiu a su, avec talent et efficacité, donner un réel élan aux activités culturelles internationales, notamment en parvenant à mettre Taïwan au cœur du Festival In d’Avignon avec la participation de quelque 200 artistes en 1998.

CHAO Ke-Ming (de janvier 1994 à janvier 1996)
Titulaire d’un doctorat en droit de la Sorbonne, Monsieur Chao, conseiller culturel du Bureau de Représentation de Taïpei en France, fut le premier directeur du Centre culturel. C’est à cet ancien ambassadeur de la République de Chine auprès de l’Unesco que l’on doit l’établissement des bases solides qui ont permis le rapide et continu développement des échanges culturels entre Taïwan et l’Europe, notamment par la création, avec l’Académie des sciences morales et politiques, de la Fondation culturelle franco-taïwanaise, création à laquelle il a contribué de façon décisive.