Institution : Musée d’Ixelles à Bruxelles
Date : du 15 juin au 24 septembre 2017
Commissaire : Sabine Vazieux
Directrice du Musée d’Ixelles : Claire Leblanc


Hisao Chin (1935), Red cloud, 1985, Encre sur papier, 82 x 82 cm, Collection particulière © Hsiao Chin International Art Foundation

L’exposition retrace, les origines et l’évolution des chemins de la peinture abstraite chinoise. Le regard se porte sur l’esthétique, l’histoire, et les échanges culturels avec l’Occident.

Avec le concours de différents collectionneurs, artistes et musées, une centaine d’oeuvres ont puêtre rassemblées, nous permettant de parcourir une exposition inédite et magistrale.

Après la victoire de Mao Zedong en 1949, en raison des troubles liées aux années de souffrances et de guerres, de nombreux Chinois quittent le continent, certains trouvent refuge à Taïwan où ils espèrent rencontrer un nouvel espoir de paix.

A Taipei, des écoles d’art se créent et des professeurs partageant la même soiffe de modernité y enseignent. D’un côté Chu Teh-Chun professe l’art à l’Université Normale Nationale et de l’autre Lee Chun-Shan reçoit des élèves dans son atelier de la rue d’Antung.

De ces deux enseignements naîtront en 1956, les plus importants mouvements avantgardistes chinois : le “Ton Fan Group” et le “Fifth Moon Group”. Dans ce nouveau monde qui s’ouvre à eux, les artistes découvrent peu à peu l’art abstrait des écoles de New York et Paris bouleversant leurs esprits et révolutionnant leur art. De cette rupture avec la tradition, qui pose la problématique de la dualité Orient-Occident, les artistes créent une nouvelle forme d’abstraction sans équivalence.


Chu Teh-Chun (1920-2014), Sans titre, 1965, Huile sur toile, 65 x 92 cm ©atelier ChuTeh-Chun par ©ADAGP2017

Pour la première fois dans l’histoire, des artistes chinois s’inspirent de l’art occidental contemporain, ce qui n’était pas le cas des générations d’avant guerre qui puisaient pour l’essentiel leurs inspirations dans la peinture du XIXe siècle européen. Dans cette abstraction occidentale d’après guerre qui s’inspire pleinement de la nature, qui recherche la spontanéité de la gestuelle, l’équilibre des pleins et des vides, toute la pensée et l’histoire de la peinture orientale est écrite. Les artistes l’assimileront rapidement, et surtout, l’interpréteront pour exprimer librement leur propre identité.


Liu Kuo-Sung (1932), Abstract Landscape, 1966, Encre sur papier, 58 x95 cm, Collection particulière ©Liu Kuo-Sung

Institution : Musée d’Ixelles à Bruxelles
Date : du 15 juin au 24 septembre 2017
Commissaire : Sabine Vazieux
Directrice du Musée d’Ixelles : Claire Leblanc

Vernissage : le mercredi 14 juin 2017
Adress: rue Jean Van Volsem 71
 B – 1050 Bruxelles
 Tél. +32(0)25156421/22
Site:http://www.museedixelles.irisnet.be/