Rencontre littéraire autour des recueils de nouvelles Le Magicien sur la passerelle et Taipei : histoires au coin de la rue En présence des auteurs taiwanais Chou Tan-ying, Shu Kuo-chi et Wu Ming-yi.

À l’occasion de la parution du recueil de nouvelle Le Magicien sur la passerelle de Wu Ming-yi et l’anthologie de récits Taipei : histoires au coin de la rue en mars dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque, le Centre culturel de Taiwan, en collaboration avec l’Asiathèque, organise une série de rencontres littéraires avec la présence des auteurs taiwanais Chou Tan-ying, Shu Kuo-chih et Wu Ming-yi, dans des festivals et des librairies de Paris, Rennes, Saint-Malo et Lille.

Le Magicien sur la passerelle regroupe dix nouvelles qui ont un fil directeur : l’évocation d’un magicien installé sur la passerelle reliant le bâtiment « Amour » et le bâtiment « Confiance » du grand marché de Taipei, la capitale de Taiwan. Le narrateur, enfant, tient un petit stand de semelles à côté et il est fasciné par le personnage du magicien et par ses tours, dont certains vont au-delà de la mystification habile du prestidigitateur pour atteindre à une sorte de mystérieux contact avec un monde parallèle. Hanté par ce personnage, le narrateur recherche tous ceux qui ont pu, à un moment ou à un autre, avoir des contacts avec lui afin de recueillir leurs témoignages. Et c’est le point de départ d’une suite de récits drôles, mélancoliques, et même parfois poignants, où le marché perd sa signification marchande et idéologique pour devenir le règne de l’aventure et du fantastique et où s’incarnent aussi les rêves et les angoisses d’une époque.

L’anthologie de Taipei : histoires au coin de la rue offre une vision multiple et originale de la ville de Taipei, à travers le regard de neuf auteurs majeurs de la scène littéraire taïwanaise contemporaine. L’anthologie témoigne d’une polyphonie de voix qui racontent la ville de Taipei : son architecture, ses couleurs, ses saveurs et ses parfums, mais aussi le mal de vivre de ses habitants, dont beaucoup sont des migrants. Parmi ces nouvelles, « Histoire de toilettes » de Wu Ming-yi choisit d’amener le lecteur dans les toilettes publiques de l’ancien marché de Chunghwa pour évoquer crûment à partir d’une série de scènes de vie la dureté et les mystères de la société urbaine ; dans « Retour nocturne », un récit se déroulant entre Taipei et Paris, Chou Tan-ying évoque la solitude et la nostalgie que l’on peut ressentir dans les grandes métropoles ; et avec les nouvelles qui composent ce recueil alternent de petites escapades littéraires et gourmandes dans les restaurants et les marchés de nuit de Taipei signées par le spécialiste du genre, Shu Kuo-chih.

Wu Ming-yi est né en 1971. Écrivain, professeur de lettres, photographe, blogueur, Wu Ming-yi est aussi connu pour son engagement environnemental. Il est l’auteur de plusieurs oeuvres littéraires, parmi lesquelles des recueils de nouvelles et des romans. Trois d’entre eux ont été publiés en français : Le Magicien sur la passerelle (L’Asiathèque, 2017), les Lignes de navigation du sommeil (You Feng, 2013) et l’Homme aux yeux à facettes (Stock, 2014). Ce dernier roman a reçu le prix Fiction 2014, attribué lors du Salon international du Livre insulaire d’Ouessant. Comparé à Haruki Murakami et David Mitchell, il est considéré comme l’un des auteurs les plus prometteurs de sa génération. Il a reçu de nombreux prix à Taiwan et en Asie.

Chou Tan-ying est née en 1979. Auteur de nouvelles et de romans, elle vit actuellement en France où elle a obtenu deux doctorats, le premier en littérature française et le second sur l’écrivaine shanghaïenne Eileen Chang. Elle a récemment traduit les Exercices de style de Raymond Queneau en chinois, ce qui lui a valu une certaine reconnaissance dans les cercles littéraires taïwanais. Auteur exigeante, ses récits traitent de la condition transculturelle des hommes modernes. Souvent à cheval entre Taïwan et la France, les personnages de ses histoires se trouvent fréquemment à la recherche d’un équilibre ou d’un sens à leur vie.

Shu Kuo-chih est né en 1952. Il a longtemps travaillé dans le milieu du cinéma, avant de se reconvertir dans l’écriture. Écrivain-voyageur, il a beaucoup écrit sur ses voyages en différentes régions du monde, mais aussi sur les singularités régionales de son île natale, dont trois recueils de sanwen rien que sur la ville de Taipei. Connu pour être un fin gourmet, on le surnomme parfois le « parrain des snacks taïwanais ».

Conférences et rencontres :

Jeudi 1 juin 14h-17h30 à Paris
Conférences de Shu Kuo-chih et Wu Ming-yi (tr. G.Gaffric)
Musée Guimet | Hôtel d’Heidelbach
Salon Pelliot (19 avenue d’Iéna, 75016 Paris)
-Wu Ming-yi: « Ville et nature, guerre et mémoire : à propos de Taipei et Taïwan dans ma littérature »
-Shu Kuo-chi: « Plaisir des petits plats taïwanais »
Réservation : https://goo.gl/forms/gt5SejGYCz2htx032

Vendredi 2 juin de 18h à 19h30 à Paris
Rencontre à la Librairie Le Phénix. « Taipei ville de littérature »
Librairie Le Phénix, 72 bd de Sébastopol, 75003, Paris
Shu Kuo-chih, Wu Ming-yi, Chou Tan-ying (tr. G.Gaffric)

Samedi 3 juin de 14h à 16h à Rennes
« Café littéraire » à la Librairie Le Fallier (8-14 Rue Saint-Georges, 35000 Rennes)
Table ronde animée par G.Gaffric autour de la littérature taïwanaise
Shu Kuo-chih, Wu Ming-yi, Chou Tan-ying (tr. G.Gaffric)

Dimanche 4- Lundi 5 juin à Saint-Malo
l’Hôtel de l’Univers (12 Place Chateaubriand, 35400 Saint-Malo)
Festival des Etonnants Voyageurs
http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?rubrique554

Mardi 6 juin de 18h à 19h30 à Lille
Rencontre à la Librairie Internationale V.O. (53 Rue du Molinel, 59000 Lille)
« Taipei ville de littérature »
Shu Kuo-chih, Wu Ming-yi, Chou Tan-ying (tr. G.Gaffric)

Entrée gratruite à toutes les séances dans la limite des places disponibles.