Hsia Yu et Salsa
Samedi 27 mai 2017 de 17h à 23h
Nuit de la littérature, organsiée par le FICEP
Extraits interprétés par Hsia-Yu (poète) et Stéphane Gombert (comédien)
accompagnés de musique par Anthony Carcone
Villa Belleville
23 rue Ramponeau, 75020 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles
https://www.ficep.info/single-post/Salsa

Le recueil de poèmes Salsa est un parfait exemple de la manière dont Hsia Yu entreprend de distordre et d’enrichir la langue. Salsa est le quatrième recueil de Hsia Yu sur les huit qu’elle a publiés à ce jour. Dans chacun de ses recueils, on peut voir que sa langue poétique se développe et se transforme sans cesse. Dans Salsa, le style « chuchotant » qui a attiré tant de lecteurs se déploie pleinement. Ce « plein déploiement » ne signifie pas rester sur place, mais se transformer encore une fois les bases posées. Outre la dimension autobiographique de celui-ci, le recueil condense tout ce qui fait l’art poétique de Hsia Yu : musicalité, jouissance de langues, réflexions lyriques sur l’écoulement du temps. Le voyage et le vagabondage sont aussi au coeur d’une grande partie des poèmes ; en réalité, on relève dans les vers et entre les vers d’innombrables métonymies et métaphores, et l’ensemble du recueil s’écoule en un flux permanent. Cependant, Hsia Yu ne verse jamais dans l’exotisme ou la nostalgie. Au contraire, les contrées qui défilent dans les vers de ses poèmes sont autant de lieux d’entre-deux, à la fois étrangers et familiers.

Hisa Yu est une poète itinérante et polymorphe. Elle a vécu de nombreuses années en Europe et partage aujourd’hui sa vie entre Paris et Taipei. Depuis la parution de ses premiers poèmes dans le début des années 1980, Hsia Yu n’a cessé de repousser les frontières de la poésie de son temps, tant au niveau de sa forme que de la langue. Aujourd’hui figure majeure de la littérature taïwanaise moderne et contemporaine, elle a inspiré et influencé nombre de jeunes talents de la scène poétique sinophone. Elle a publié à ce jour huit recueils de styles divers dans des publications dont elle a conçu le design et qu’elle a éditées elle-même. Si elle a opté pour l’auto-édition et pour un design personnel, c’est, déclare-t-elle, « afin de préserver son indépendance et la liberté à laquelle elle aspire ». La poésie de Hsia Yu est étroitement liée à la langue, non seulement en mélangeant les langues, leurs sonorités et leurs grammaires, mais aussi en arrachant constamment les mots à leurs significations préétablies pour en révéler les nouvelles potentialités. Elle est également la parolière renommée de chansons chinoises en vogue.

A l’occasion de la Nuit de la littérature, organsiée par le FICEP (Forum des Instituts Culturels Étrangers à Paris), le Centre culturel de Taiwan invite la poète Hsia Yu à lire des extraits de son Salsa, accompagnée de musique. La 5e édition de la Nuit de la littérature aura lieu le samedi 27 mai 2017 de 17h à 23h pour une série de 6 lectures/rencontres de 40 minutes environ, dans les quartiers de Belleville et Ménilmontant (20e arr.) Pendant toute une soirée, l’auditoire déambule dans les quartiers de Belleville et Ménilmontant à la découverte d’auteurs de 20 pays et de l’une de leurs oeuvres en français ou en traduction française. Les lectures commencent simultanément au début de chaque heure : 17h, 18h, 19h, 20h, 21h et 22h.